Parc éolien des Portes de la Côte-d’Or: 27 éoliennes viennent d’être mises en service en pleine zone Natura 2000 de protection des oiseaux (arrière-côte de Dijon et de Beaune). La Ligue de Protection des Oiseaux, organisme ornithologique de référence en France, considère pourtant qu’au regard du très fort enjeu pour de nombreuses espèces d’oiseaux protégées (faucon pèlerin, cigogne noire, grand-duc d’Europe, milan royal…), le site est strictement incompatible avec la présence d’un parc éolien. La direction régionale de l’environnement a aussi rendu un avis négatif sur le parc, au vu cette fois des enjeux majeurs pour les populations de chauves-souris (le parc est largement implanté en zone forestière, en violation des meilleures pratiques actuelles). A ce jour, tous les recours intentés par des associations ont été rejetés.

Parcs éoliens d’Aumelas et de la vallée de l’Hérault : ces parcs éoliens sont intégrés dans la zone Natura 2000 de protection des oiseaux « Garrigues de la Moure et d’Aumelas ». Des dizaines de cadavres d’espèces d’oiseaux protégées ont déjà été découverts au pied des éoliennes, dont le faucon crécerellette (menacé de disparition en France), le busard cendré, le martinet noir, et de nombreuses espèces de chauves-souris. Etant donné la difficulté de retrouver les cadavres, la mortalité réelle est bien supérieure.

Malgré son impact bien connu, le parc n’a cessé de s’étendre, passant de 11 à 31 éoliennes.

Parcs éoliens du plateau et du massif de l’Escandorgue (parc naturel régional du Haut Languedoc) : Près de 80 éoliennes sont prévues ou déjà construites au centre du domaine vital d’un couple d’aigles royaux, alors que cette espèce est menacée de disparition en France. Les éoliennes génèrent de graves risques de collision pour les rapaces, qui volent à hauteur des turbines, et sont attirés par les clairières créées pour la construction des parcs. Tout leur domaine vital se voit également fragmenté. Vu les effectifs de l’espèce, chaque perte d’individu a des conséquences irréversibles.

D’autres espèces protégées sont aussi présentes dans cette zone, telles que le milan noir, menacé de disparition en France, le vautour fauve, le busard cendré, ou encore le circaète Jean-le-Blanc.

Malgré cela, les projets et les constructions se multiplient dans le massif de l’Escandorgue : Bernagues, Cabalas, Cap Espigne, Mas de Naï… près de 80 éoliennes au total sont prévues.